Ok, il y a un grand festival de jeu à Bruxelles. Plus de 10 000 visiteurs qui viennent s’amuser pendant le week-end. Mais, au fond, c’est quoi le Brussels Games Festival? (ou BGF pour les intimes et comme je fais partie des intimes…) Qu’est-ce qu’on y voit? Qu’est-ce qu’on en retient? Partons du départ… Il y a des jeux… Oui, je sais, ça parait évident mais pour avoir autant de monde, ce n’est pas si évident. En 2017, on avait 73 éditeurs, 7 boutiques et 38 associations présents, sans compter les vendeurs présents à la bourse et les auteurs de la protozone. Vous imaginez le nombre de mails que cela représente? “J’ai bien reçu votre formulaire… Vous avez oublié de nous dire combien vous serez… Votre logo est trop petit, on ne peut pas l’utiliser pour votre stand… Et vous avez une liste de jeux que nous pouvons annoncer?… » Tout ça en français, en néerlandais, en anglais… Parce qu’il en vient de partout. Pas facile de gérer le pôle exposant… D’ailleurs, si vous parlez allemand, polonais… ou finnois, ça peut nous aider.

 

Pôle exposant - Des visiteurs devant les piles de jeux de la bourse

Pôle exposant

 

Une autre base du BGF, ce sont les tentes. Plus ou moins rayées, plus ou moins propres, plus ou moins étanches selon que les dés sont bons avec vous ou pas. Le tout dans le Parc du Cinquantenaire, avec des tables et des chaises qui pourraient presque toucher le ciel si on les empilait… Un peu d’électricité et… des toilettes! Tout ça, c’est le pôle logistique qui gère. Et ce n’est pas si facile! Prendre contact avec l’IBGE (Institut Bruxellois pour la Gestion de l’Environnement) qui gère les espaces publics de Bruxelles, la Ville de Bruxelles, la police, les musées du Cinquantenaire et les fournisseurs qui sont parfois bien difficiles à contenir tous en même temps. De quoi devenir des jongleurs hors-pair!

 

Pôle logistique - Allée du festival remplie de tentes blanches et rouges

Pôle logistique

 

La base, c’est également que, au BGF, on n’arrête jamais de jouer. Ca commence le samedi matin et ça finit le dimanche soir. 32h non-stop ! Et il faut les occuper les gens pendant tout ce temps. Comme les éditeurs et autres animateurs ont besoin de dormir (ou de refaire le monde entre eux autour d’une bonne bière, on ne les suit pas pour vérifier), il faut bien que le jeu soit là d’une autre manière. Du coup, toute la nuit, la ludothèque ouvre. Une centaine de jeux pour joueurs amateurs ou hardcore. Ça, c’est une partie du travail du pôle animation. Mais il y a bien d’autres choses dont ils s’occupent et que vous avez du voir. Des exemples? Les nombreux tournois ou encore la coordination de tout ce qui est murder parties et Grandeur Nature.

 

pôle animation

Pôle animation

 

Et puis au BGF, il fait chaud. Bon, d’accord, les anciens se rappelleront d’époques lointaines où des trombes d’eau nous tombaient dessus. Mais les temps changent et le soleil brille désormais sur le BGF (on croise les doigts). Avançons… Chaleur = … Soif ! Du coup, il y a des buvettes où les boissons partent tellement vite qu’elles n’ont pas le temps de rafraichir dans les frigo. Résultat, le pôle catering a bien compris qu’il fallait un conteneur réfrigérant. Mais ils doivent déjà gérer les foodtrucks, préparer de quoi manger aux exposants (qui ont parfois du mal à dire combien ils sont, relisez le début de mon texte), nourrir tous les bénévoles avant, pendant et après le festival ou encore prévoir de quoi sustenter les invités de la soirée d’ouverture.

 

Pôle catering - Une partie des foodtrucks présents

Pôle catering

 

Il n’y a pas que le soleil qui soit jaune au BGF… il ya les bénévoles aussi ! Vous n’avez pas pu manquer la centaine de t-shirts jaunes qui s’éparpillent sur le festival et font absolument tout lors du festival : monter les tentes, guider les visiteurs, leur donner à boire, les encadrer lors des tournois, leur vendre des jeux à la bourse… mais aussi nourrir les exposants, laver les gobelets, courir dans tous les sens pour répondre aux exigences des vils t-shirts rouges qui encadrent tout ça… et puis le démontage après le festival qui est encore dans l’ombre (ou sous un soleil implacable selon la façon dont on regarde les choses). Cette liste interminable des tâches est tenue à jour par le pôle bénévole.

 

Pôle bénévole - Des bénévoles discutant pendant leur pause

Pôle bénévole

 

Et puis? C’est tout? Mais non! Il y a des expositions, des rencontres avec les professionnels dont la forme varie d’année en année… Ça, c’est le pôle culture. Il choisit le thème de chaque année et organise toute une série de choses autour. C’est du coup grâce à son choix de 2016 que le pôle logistique doit aussi s’occuper de rendre le festival aussi accessible que possible aux personnes à mobilité réduite et à toute autre personne qui aurait des difficultés à venir jouer. La ligne directrice est une volonté de rassembler, les visiteurs comme les professionnels, autour d’un regard particulier sur le jeu avec, en plus de ce que j’ai déjà cité, une revue contenant une quinzaine d’articles parlant du jeu, le BGF Mag (et accessoirement aussi, un guide des lieux ludiques de Bruxelles).

 

Pôle culture - Un groupe de praticipant à la game jam en pleine création

Pôle culture (Game Jam)

 

Avec tout ça, on a fait le tour de tout ce que l’on peut voir sur le festival. Mais est-ce vraiment tout? Eh bien non! Parce que le BGF a des parties cachées! Il y a le pôle communication, pour s’occuper des affiches, des réseaux sociaux, du site etc. Et puis le pôle finances, pour gérer les demandes de subsides, les sponsoring, les factures… et ça coute cher un festival! Et enfin un pôle event pour organiser tous ces évènements où vous retrouvez le BGF pendant toute l’année (Foire du Livre, Youplay, BIFFF, Fête de l’Iris, été au Vauxhall… et bien sur les Brussels Games Party!). Pour diriger ce corps aux multiples pattes, il faut une tête. C’est le pôle coordination qui s’assure que tout va bien, que les choses avancent bien en parallèle dans tous les domaines et que les informations circulent suffisamment. Cette fois-ci, c’est promis, on a fait le tour de la machine (pas si grande la machine d’ailleurs, nous ne sommes qu’une quinzaine). Vous savez tout de ce qu’est le Brussels Games Festival.

Laetitia

Kickstarter, toute une histoire

...

Mais où va l’argent ?

...

Les Brussels Games Party!

...

Le BGF, un vrai bal masqué

...

L’aventure Kickstarter

...

Les coulisses du BGF

...

Pin It on Pinterest