1991, Cleveland.
James Cole : « 1996, c’est le passé. »
Kathryn Railly : « Ah non, 1996, c’est le futur. »

Me voilà en train de faire le point sur une série d’événements qui n’est pas encore terminée à l’heure où j’écris ces lignes.

C’est la première année que le BGF organise de telles soirées-jeux. Pour la petite histoire, les Brussels Games Party sont nées de la volonté de faire se rencontrer le public et les acteurs du monde du jeu professionnel, et ce avant le festival. En d’autres termes, c’est une sorte de teaser. Et cela nous permet également de financer un peu plus facilement le festival afin qu’il soit encore meilleur chaque année.

Pour les mettre en place, nous avons redoublé d’efforts pour trouver un lieu convivial, contacter les distributeurs, les éditeurs et les auteurs pour qu’ils viennent présenter leurs nouveautés. Certaines encore à l’état de prototype. Nous avons essayé de jouer les interfaces entre les nouveautés ludiques et le public. Les animateurs tentent pour chaque BGP de maîtriser un maximum de nouvelles sorties ludiques pour en faire profiter le public en douceur, notre équipe de catering derrière le bar fait des merveilles, et les prix sont modiques ! Que demander de plus !

Et surtout il semble que le public soit en train de répondre présent aux rendez-vous ! Je dis en train, car il est toujours imprudent de tirer des conclusions à l’heure actuelle. Et même s’il reste encore une BGP à venir, et qu’il est donc risqué d’en conclure quoi que ce soit, je crois que les BGP seront à nouveau au programme de l’année 2019, avec encore plus de surprises et de nouveautés.

C’est grâce à vous, son public et ses partenaires, que les BGP sont possibles et qu’un festival comme le Brussels Games Festival existe et perdure. Merci à tous pour votre fidélité.

Gregory

Kickstarter, toute une histoire

...

Mais où va l’argent ?

...

Les Brussels Games Party!

...

Le BGF, un vrai bal masqué

...

L’aventure Kickstarter

...

Les coulisses du BGF

...

Pin It on Pinterest