Vous avez déjà organisé un barbecue pour quinze personnes? Pour l’avoir fait deux ou trois fois, ce n’est rien d’insurmontable. La recette magique tient en quelques lignes:

  • Aller au supermarché et remplir le chariot de brochettes, de chips et de quelques bacs de bière
  • Emprunter quelques chaises en plastique au voisin en échange d’un verre de rosé et d’une merguez
  • Avoir deux ou trois amis qui font une tournante pour cuire la viande
  • Passer du bon temps avec sa famille et ses proches

Avec quelques efforts et un peu d’organisation, cette méthode peut être étendue à 50 personnes pour peu que la taille de votre jardin le permette et que votre voisin possède un magasin de meubles de jardin.

Et à quoi ça ressemblerait d’organiser un barbecue pour 12.000 personnes?

Remplacez les barquettes de viande par des boîtes de jeu, utilisez le Cinquantenaire comme votre jardin, trouvez 100 bénévoles pour préparer le tout et vous avez à peu près le BGF.

Sauf qu’avec une taille pareille, tout prend des proportions énormes, les coûts en premier. Entre la location des tentes, tables, chaises et infrastructures, le matériel promotionnel, l’espace publicitaire et la rémunération des prestataires (animations sur place, graphisme, montage vidéo, etc.), on arrive vite à des sommes impressionnantes. Au taux de change actuel de la chipolata, cela reviendrait à peu près à remplir un semi-remorque de 10 tonnes de bidoche.

Mais vous ne faites pas payer un droit d’entrée à vos amis parce que vous avez dû acheter des assiettes en plastique ou louer une tonnelle pour votre barbecue, pas vrai? Ben nous non plus. Parce que nous pensons qu’organiser un festival du jeu ouvert à tous en plein Bruxelles, c’est comme partager un bon moment avec des amis: c’est gratuit et pourtant ça n’a pas de prix.

Ok c’est bien joli mais concrètement on le finance comment ce festival depuis des années ?

Bonne question, merci de la poser! Je vois qu’il y a des gens qui ne dorment pas dans le fond là-bas.

Tout d’abord il y a les rentrées directes faites sur le festival comme les boissons et les cotisations des exposants. Ensuite, il y a les fonds récoltés lors d’événements à la sueur du front des bénévoles et des organisateurs qui mettent toute leur énergie à vous expliquer les derniers jeux lors des BGP (Brussels Games Party) et des dimanches à venir au Vauxhall (nous vous préparerons un petit article sur le sujet, c’est promis). Mais ces revenus financent presque moins de la moitié du festival. Le reste vient presque exclusivement de nombreuses subventions publiques et privées sans lesquelles le festival ne pourrait pas exister (spéciale dédicace à Tanju qui met beaucoup d’énergie à écrire et soumettre tous ces dossiers de candidature).

Malgré cela l’équilibre budgétaire du festival reste précaire et nous permet tout juste de tenir le coup. Mais nous refusons de sacrifier la gratuité de votre festival parce que cela voudrait dire renoncer à cette ouverture et convivialité qui nous passionnent tant dans le jeu. Du coup nous avons eu cette idée un peu folle: si le BGF est pour vous, pourquoi ne serait-il pas aussi rendu possible par vous?

C’est pour cela que nous avons décidé de créer un financement collaboratif pour que vous puissiez nous aider à maintenir le festival gratuit mais aussi contribuer à le faire évoluer et à en faire votre BGF. Nous avons plein d’idées et désirons les partager, en débattre et les concrétiser avec vous.

Créer une campagne de financement participatif est une première pour nous et une sacrée aventure. Nous pensons qu’avec votre support, nous allons tous ensemble créer un festival plus fun que jamais.

N’hésitez pas à jeter un oeil sur notre campagne en cours et à partager avec nous vos idées: https://www.kickstarter.com/projects/984042218/brussels-games-festival-2018

Alexis