Ils demandent de l’argent mais ils vont en faire quoi au juste ?

Très bonne question ! Pour ceux qui n’auraient pas suivi, depuis le 16 mai, un Kickstarter est en cours pour soutenir le BGF. Il dure 30 jours, s’il n’est pas encore fini, n’hésitez pas à venir y faire un tour pour nous aider à réaliser le festival cette année.

Mais au final, pourquoi demander de l’argent de cette façon ?

Il est évident que le festival grandit d’année en année. Et, du coup, la somme nécessaire à sa mise en place suit la même courbe… Enfin, ça, ce serait l’idéal. Parce que quand on a vidé le stock du fournisseur le moins cher, il faut passer au suivant qui a des prix moins intéressants et le budget augmente, augmente… Et puis, le fournisseur le moins cher n’a pas forcément une qualité exceptionnelle et on aimerait pouvoir améliorer et pas seulement agrandir… Tout cela donne une somme assez effrayante quand on l’entend pour la première fois.

Bien sûr, l’argent qu’on reçoit est plus important aussi. Les diverses administrations qui reçoivent des dossiers de notre part sont souvent plus généreuses d’année en année, même si la progression n’est pas exceptionnelle et qu’il y a parfois de mauvaises surprises. La partie des exposants qui paient leur place fournissent toujours un peu plus d’argent puisque leur nombre augmente et que le prix du m² sur le festival prend chaque année un peu de valeur. Mais on reste dans une progression qui peine à suivre celle des dépenses.

 

Graphisme montrant les coûts proportionnels des différents éléments du BGF

 

Que faire ? Plusieurs solutions s’offrent à nous mais il était clair qu’il nous faudrait du temps pour les mettre en place. Et du temps, nous n’en avions pas. Un festival se prépare des mois à l’avance. Trop court pour faire de gros changements ou trouver les bonnes personnes ressources. Quand l’édition 2017 s’est finie, nous savions déjà qu’il allait falloir passer des heures sur l’édition 2018 juste pour trouver l’argent nécessaire… ou alors faire payer les visiteurs.

Mais une des valeurs principales du BGF, c’est sa gratuité, son accessibilité pour tout visiteur… Et puis, soyons réaliste, faire payer un festival se déroulant dans un parc public, ce n’est pas si facile. Il fallait donc trouver autre chose.

Nous avons donc commencé à réfléchir à ce que nous pourrions faire avec nos faibles moyens et notre petit groupe de bénévoles. C’est ainsi que sont nées les BGParty. C’était un bon début. Mais pas assez… En urgence, on se lance donc dans un autre projet, un peu fou vu le délai : un kickstarter. Et en deux mois, c’est sportif ! Je vous passe les détails, venons-en, enfin, au cœur du sujet. Est-ce que cet argent va « sauver » le BGF ?

Assez difficile à dire pour le moment… Ça dépendra déjà de ce que rapporte la campagne… Mais ça aidera de toute façon.

Prenons un exemple. Si la campagne arrive à 10 000€, une fois les contreparties payées et le pourcentage de Kickstarter déduit, il reste…

  • De quoi louer 30 tentes de 9m²… L’année passée, on s’approchait des 130 tentes…
  • Ou alors… De quoi louer 700 jolies tables pour jouer sur des tables de bonne qualité (« Enfin ! » diront certains). L’année passée, 600 tables étaient réparties sur l’ensemble du festival mais il y en aura plus cette année.
  • On pourrait aussi avoir… De quoi payer un cinquième du chapiteau présent l’année passée sur le festival.
  • Ou suffisamment pour nous permettre…De quoi payer l’ensemble des sandwichs des exposants et bénévoles pendant deux jours de festival… Oui, il y a beaucoup de bouches à nourrir.
  • Mais également…De quoi payer l’ensemble des aménagements pour que le festival soit accessible aux PMR, avec un petit bonus qu’on pourrait mettre dans autre chose… comme une interprète en langues des signes pour les tables rondes prévues cette année.
  • Ou faire le choix…De quoi payer un tiers de la création de tous les graphismes nécessaires au festival et leurs impressions.
  • Ou encore…De quoi payer deux fois les traductions réalisées pour que le festival soit aussi bilingue que possible (avis aux néerlandophones motivés, si vous voulez nous faire gagner de l’argent…)
  • Ou pourquoi pas…De quoi payer quatre fois plus de t-shirt jaunes que ce dont on a eu besoin l’année passée. Vous pouvez venir, on a de la marge !

Pour toutes ces possibilités, il faut à chaque fois choisir. Une seule sera financée avec l’argent du Kickstarter.

 

 

Ce ne sont que des exemples bien sûr et uniquement une partie des dépenses faites pour le festival. Le kickstarter ne doit pas financer tout le BGF. Mais quand vous viendrez fin août, vous saurez que vous avez contribué à ce qu’une petite partie de ce que vous voyez soit là.

Laetitia

Kickstarter, toute une histoire

...

Mais où va l’argent ?

...

Les Brussels Games Party!

...

Le BGF, un vrai bal masqué

...

L’aventure Kickstarter

...

Les coulisses du BGF

...

Pin It on Pinterest